• Accueil
  • > Histoire du Royaume-Uni
  • > Le BAS MOYEN-AGE (XIV et XV°) : l’apparition des classes moyennes change l’organisation de la société anglaise, le féodalisme est en perte de vitesse.

2 novembre, 2007

Le BAS MOYEN-AGE (XIV et XV°) : l’apparition des classes moyennes change l’organisation de la société anglaise, le féodalisme est en perte de vitesse.

La face de la société anglaise change, les classes féodales laissent la place aux classes moyennes : le bas moyen-âge marque le déclin des classes aristocratiques, surtout avec la guerre des roses ; les anciennes « têtes » du royaume que sont les ducs, comtes et autre seigneurs perdent de leur influence.
A la campagne, les gentlemen farmers augmentent petit à petit la taille de leur propriété et grâce aux amélioration des techniques agricoles ils augmentent leurs revenus. Edward I passe une directive imposant de faire passer automatique toute personne qui a plus de £20 de revenus par an comme chevalier, la gentry augmente de statut social.
A la ville, les classes marchandes commercent de plus en plus dans le royaume et à l’étranger, elles deviennent de plus en plus riches. Les villes offrent aussi la possibilité de devenir « freeman » aux serfs qui souhaitent vivre librement, pour cela ils intègrent pendant 7 ans une guilde. L’espoir de « salut » social, voire de réussite, prend forme en Angleterre, le culte du « self-made man » est multiples fois illustré comme par exemple avec Dick WHITTHINGTON qui quitta la campagne pour devenir un riche marchand et maire de Londres trois fois de suite.
Les plus pauvres restent quant à eux encore dans leur misère, il n’y a pas de changement pour eux. Il faut toutefois préciser que les conditions de vie se sont considérablement améliorées vers la fin du bas moyen-âge : les salaires ont augmenté plus vite que les prix et les céréales comme la viande sont devenues abondantes.

Une classe moyenne cultivée qui conteste l’ordre établi : une des caractéristiques majeures de la nouvelle class moyenne émergeante est d’être lettrée. Une partie grandissante des marchands, gentlemen farmers, etc. qui composent cette classe étudient à Oxford ou Cambridge, de plus de nouvelles professions comme juriste professionnel apparaissent.
Comme pour tout nouveau pouvoir, il y a forcément contestation de l’ordre établi :
Tout d’abord politiquement, les individus qui génèrent de la richesse veulent avoir leur mot à dire sur les taxations qui leurs sont faites. Ils utilisent la chambre des communes et leur pouvoir pour faire justifier aux rois leurs dépenses (ex: guerre) avant de mettre la main à la poche, ainsi le roi devient « auditable financièrement » devant le parlement (le premier concerné est Edward III). Puis les classes moyennes contestent l’ordre religieux, elles prennent le parti de WYCLIFFE est réclament que la bible puisse être lu par tous, ils souhaitent avoir une bible en anglais.
Enfin, ils critiquent le servage et le système féodal car ils considèrent cela non-chrétien et non générateur de richesses.

L’anglais devient la langue officiel du royaume, l’imprimerie accélère la propagation de la culture : le français était la langue des dirigeants depuis que Guillaume Le Conquérant avec conquit l’Angleterre au XI° siècle mais avec la guerre de cent ans Edward III interdit à ses armées de parler la langue française de manière à renforcer le sentiment national au combat. Le peuple a continué de parler l’anglo-saxon mais celui-ci a beaucoup évolué en trois cents car il n’était presque plus écrit et a emprunter beaucoup de mots au français. Des auteurs comme William LANGLAND, un prêtre du XIV° siècle, avec son poème Piers Plowman ou Geoffrey CHAUCER avec son livre The Canterbury Tales ont aidé au renouveau de la langue anglo-saxonne.
Le second fait culturel majeur du bas moyen-âge est l’arrivée de l’imprimerie en Angleterre. William CAXTON imprime en 1476 les premiers romans en anglais de Chaucer et de Malory et permet par cela développer la culture anglaise. Moins cher et plus rapidement réalisable que les manuscrits rédigés à la main, le livre devient le vecteur du développement de la culture anglaise au XV° siècle comme le sera la télévision au XX°.

Laisser un commentaire

targuist |
Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droit Administratif des Bie...
| L'info back.
| ouvrir les yeux